Poser sa pompe de piscine

La pompe de piscine

 

La qualité de l’eau de votre piscine dépend de la pompe de piscine que vous installerez. En effet, si votre pompe n’est pas performante vous ne pourrez jamais profiter d’une eau claire débarrassée de toute impureté. Elle va permettre la circulation de l’eau qui sera aspirée, filtrée et rejetée. Sa mise en place est d’une importance capitale.

Comment poser sa pompe de piscine

La première étape est bien évidemment le choix du matériel qui répondra à vos besoins. Il est ici question de la capacité d’aspiration de la pompe. Cette dernière dépend de la taille de votre bassin. Pour une piscine de 78m3 par exemple, la pompe devra avoir une force de 10m3 pour être optimale. En ce qui concerne la marque, tout dépend de vos envies. Vous n’avez que l’embarras du choix sur le marché. Il est tout de même conseillé d’opter pour une marque réputée, qui peut durer longtemps et dont les raccordements n’auront aucun mal à se combiner à ceux de votre piscine.

La pose d’une pompe piscine est plus simple en cas de remplacement. Il suffit de se fier aux raccordements déjà faits par le professionnel durant l’installation.

Pour des raisons de sécurités, il est fortement conseillé de couper l’arrivée d’eau et l’électricité avant de toucher à quoi que ce soit.

Une fois cette démarche faite, vous devez faire le raccordement entre le système hydraulique et la pompe. Il faudra peut-être forcer un petit peu pour que la taille des deux tuyaux fonctionne. Il est même possible de remplacer les tuyaux pour accélérer les choses.

Après le système hydraulique vient l’électrique. En effet, une pompe de piscine fonctionne avec l’électricité : une dépense à prendre en compte dans vos factures et lors du choix de votre accessoire en magasin. De plus il n’y a nul besoin d’être un professionnel en électronique pour faire les branchements. Il suffit de suivre les codes des couleurs habituels.

 

Astuce pose de clapet anti-retour

Réussir la Pose de clapet anti-retour

Il n’y a rien de plus inconfortable que de vivre avec le refoulement des égouts chez soi. Et pourtant, vous ne pourrez pas y échapper si votre maison se trouve à proximité d’un réseau d’assainissement. Une solution efficace est de procéder à la pose de clapet anti-retour.

Où trouver son clapet

Dans tout les magasins de bricolage, vous trouverez facilement un clapet anti-retour. La pose d’un clapet anti-retour peut se faire sur n’importe quelle évacuation. Et nul besoin d’un professionnel pour en réussir la pose. Il suffit d’en cerner les conditions de pose.

Comment procéder pour la pose

Pour commencer, sachez qu’il y a deux types de pose de clapet anti-retour. Tout dépend de votre odèle et de votre système de canalisation. Pour des tuyaux à l’horizontale, vous pouvez procéder par le haut. Dans ce cas, votre clapet ne s’ouvrira que lorsque la pression de l’eau l’y poussera.

Le cas échéant, il est aussi possible de faire par le bas. Dans ce cas, le clapet servira de rempart entre le refoulement des égouts et votre système en lui-même.

Dans un cas comme dans l’autre, il vous faudra commencer la pose par la surélévation du regard de votre canalisation. Cherchez la bouche d’évacuation des eaux usées. Et reliez les bras du siphon et le collecteur principal par le clapet anti-retour. Prenez bien soin de suivre le sens de la circulation d’eau. Il en va de l’efficacité et de la robustesse de votre article. Pour des raisons d’étanchéité, les clapets ne laissent passer l’eau usée que dans un seul sens.

Astuce

Pour votre information, un clapet anti-retour s’entretient. Nous vous conseillons de graisser ses joints une fois par an afin de s’assurer que l’ouverture puisse se faire correctement.

 

Vidange fosse septique

Pourquoi faire appel à un professionnel 

Que ce soit pour la fosse septique ou la fosse toutes eaux, la vidange doit être effectuée tous les 4 ans en moyenne. La vidange de fosse septique fait partie de la maintenance du dispositif d’assainissement. Il est de même pour le curage et le dégorgement des canalisations ainsi que la maintenance des filtres plantés. Pour effectuer ce genre de travaux, il est indispensable de contacter un professionnel.

Quand effectuer la vidange fosse septique 

Même s’il est écrit que la vidange de fosse septique doit être effectuée tous les 4 ans, il est à noter que cela est indispensable lorsque le niveau des boues atteint les 50% du volume total de la fosse. Pour cela, vous pouvez effectuer une vérification périodique de votre fosse. Si vous découvrez un trop plein il sera nécessaire de faire appel à un vidangeur professionnel. De même si vous sentez que votre fosse dégage une mauvaise odeur. Il effectuera des examens au niveau de votre installation afin d’apporter la solution y afférant.

Quel professionnel pour la vidange des fosse septique 

La vidange de fosse septique doit confiée à des professionnels agréés tels qu’une entreprise spécialisée ayant une autorisation communale ou par le Service public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) dans certaines situations. Alors, avant de confier votre vidange fosse septique à un tel ou tel professionnel, vérifiez que l’entreprise que vous avez contactée est en mesure de vous délivrer un certificat ou une facture détaillée prouvant que votre installation a été bien entretenue. Cela est souvent nécessaire en cas de contrôle effectué par le SPANC.

Comment trouver un vidangeur fosse septique

Il existe un grand nombre d’entreprises spécialisées dans la vidange de fosse septique en France. Vous pouvez trouver leurs coordonnées en ligne ou dans les pages jaunes. Il vous suffit tout simplement d’effectuer votre recherche en fonction de votre ville afin de dénicher les experts qui se trouvent à proximité de votre domicile. Cela vous permettra de réduire le coût de la prestation et de connaître la renommée de votre vidangeur.

 

 

Puisard eaux de pluie

Puisard eaux pluviales, un dispositif de drainage infaillible

Afin d’assainir et de drainer le sol, la mise en place d’un puisard eaux pluviales est la meilleure solution. Ce système permet en effet de collecter et d’évacuer l’eau de pluie, évitant ainsi les risques qui peuvent endommager le sol. Alors, pour vous aider à mieux comprendre le fonctionnement d’un puisard eaux pluviales, voici tout ce qu’il faut savoir.

Le puisard, une alternative pour le système d’assainissement collectif

Si votre maison n’est pas desservie par le système d’assainissement communal, le puisard eaux pluviales vous permettra de récupérer les eaux de pluie et de les drainer pour assainir votre terrain. Cet équipement est utilisé dans la majorité des cas sur des terrains en pente. De plus, son adoption permet de prévenir les conséquences désastreuses que peuvent avoir les eaux de pluie sur la construction. Même si ce dispositif permet de remplacer le raccordement tout-à-l’égout permettant de recueillir les eaux de pluie, il ne peut pas être utilisé pour la récupération des eaux usées au risque de causer son dysfonctionnement.

Le puisard, l’endroit idéal pour son emplacement

Pour qu’il fonctionne parfaitement, le puisard eaux pluviales doit être installé en bas de la pente de votre maison. Sa taille doit être déterminée en fonction de chaque besoin, de même pour la matière qui entre dans sa fabrication. En effet, vous avez le choix entre un puisard conçu à partir du béton ou un puisard conçu à partir de PVC. Afin que ses parois ne puissent recueillir les déchets, la norme exige qu’ils soient lisses. Il est aussi exigé d’installer au niveau de la partie supérieure de votre puisard une grille empêchant l’accumulation de débris qui peuvent l’obstruer.

Le puisard, l’entretien pour un bon fonctionnement

L’entretien d’un puisard eaux pluviales doit être effectué chaque année. Cela est indispensable afin de garantir l’écoulement de l’eau, tout en enlevant les déchets qui peuvent obstrués ce conduit. Outre cela, ce genre d’entretien permet de renouveler la couche filtrante qui se place tout au fond du dispositif. Alors, pour éviter d’endommager votre équipement, pensez à faire appel à un professionnel dans le milieu de l’assainissement.

 

 

Travaux Raccordement Tout à L’égout

Les travaux tout à l’égout pour un meilleur raccordement

Votre habitation se trouve dans une zone collective, sachez que pour assurer l’assainissement de votre maison, vous avez besoin d’effectuer des travaux tout à l’égout. Ce système permet de collecter les eaux usées afin de les clarifier dans une station d’épuration. Alors, pour connaître davantage sur ce dispositif, voici quelques informations qui vous seront certainement d’une grande utilité.

La réglementation pour les travaux tout à l’égout

Les particuliers qui envisagent de raccorder leur système d’assainissement à celui de leur commune doivent respecter les normes de raccordement en vigueur. Pour cela, ils devront avoir en leur possession une autorisation d’occupation du domaine public ou d’une permission de voirie. En présentant ces documents, une entreprise agréée pourra effectuer des travaux de raccordement sur une zone publique.

L’entreprise agréée pour effectuer les travaux

Il n’est pas rare que la commune mandate des entreprises pour la réalisation des travaux tout à l’égout. Elle propose une liste de professionnels, facilitant le choix des particuliers qui souhaitent confier leurs travaux d’assainissement à des entreprises spécialisées dans ce domaine. Dans le cas où cette liste n’arrive pas à satisfaire les besoins des particuliers, ils peuvent faire appel à d’autres entreprises. L’entreprise choisie devra au préalable demander une autorisation auprès de la collectivité pour pouvoir exercer.

Cependant, il faut noter que certaines communes imposent, aux personnes qui souhaitent effectuer leur assainissement collectif, l’entreprise agréé. En contrepartie, ce professionnel sera rémunéré par la personne qui le mandate.

Le coût des travaux tout à l’égout

Le coût des travaux tout à l’égout dépend de certains critères, notamment l’emplacement de l’habitation par rapport au réseau collectif ; ou le nombre de regards assurant le bon fonctionnement du dispositif. En moyenne le tarif de raccordement varie entre 12 000 et 13 000 euros, incluant la construction du réseau avec les regards et coudes directionnels, ainsi que la vidange de la fosse ainsi que son comblement. Outre cela, il faut également prendre en compte la redevance d’assainissement annuel d’une valeur de 500 euros en moyenne.